La chenille processionnaire du pin : attention DANGER !

18 avril 2017
thumb_642_500x0_0_0_auto1.jpg

La chenille processionnaire du pin est la larve d’un papillon de nuit, le Thaumetopoea pityocampa. Après 5 stades larvaires (avec des mues successives dans des nids tissés), les chenilles quittent leur nid en procession pour s’enfouir dans le sol, afin de tisser un cocon individuel pour se transformer en chrysalide. Cette étape a lieu vers mars-avril, et est fonction de la température (après un hiver doux, elle peut donc avoir lieu dès la fin de l’hiver).

Répartition en France

Initialement plutôt présente dans le sud, la chenille processionnaire progresse vers le Nord depuis plus de 50 ans. Elle est désormais remontée jusqu’à l’Ile-de-France, probablement du fait du réchauffement climatique.

Un animal dangereux

La chenille processionnaire du pin, lorsqu’elle se sent menacée, projette brutalement des milliers de micro-poils urticants en l’air. Ces dards minuscules libèrent une toxine, la thaumétopoéine, qui peut provoquer d’importantes réactions allergiques ainsi que des troubles oculaires et respiratoires.

Le chien, en particulier, risque des lésions importantes de la langue (gonflement jusqu’à empêcher la bouche de se fermer!) s’il touche les chenilles ou s’il cherche à lécher les démangeaisons provoquées par les micro-poils. Il faut alors rapidement le prendre en charge, au risque sinon de voir la langue nécroser.

C’est un cas d’urgence absolue ! Vous devez vous rendre AU PLUS VITE à la clinique ou contacter le service d’urgence.

Copyright Oxane-Vetaction Conseil 2018.